Navigation Menu+

Archives 2013 – 2014

 

Archives Actualités

 

Les « littérature et société » reporters et critiques …


L’atelier théâtre : un spectacle époustouflant !

Mardi 6 mai, 20h30 : le Centre culturel de Sarlat qui avait accueilli pendant quatre jours en résidence la troupe de théâtre du lycée Pré de cordy fermait ses portes.

La salle pouvait s’obscurcir pour accueillir Mary Poppins, première figure à faire son entrée sur scène. Personnage incongru quand les spectateurs étaient venus assister à une représentation de deux pièces de Shakespeare. C’est ne pas connaître Betty Martin, metteuse en scène, que de s’étonner de ces ajouts bizarres. « Mais, Shakespeare, lui, n’a pas été retouché : le texte, c’est le sien, au mot près ! », insistent les professeurs responsables du projet, Sarah Huguet et Christine D’Aloise.

Alors, le rideau s’ouvre sur Antonio et son ami Bassanio, venu lui demander son aide. Nous sommes à Venise, le Doge fera son entrée à la fin de la pièce, dans une scène impressionnante où le tribunal vénitien piège le juif Shylock. Entre temps, des tableaux aux couleurs chaudes se succèdent, le spectateur se retrouve dans les rues malfamées de Venise où les femmes dansent pour séduire des vénitiens avides de plaisirs ; un duo aux accents italiens de Commedia dell’arte ravit le public heureux de rire et de se détendre. Dans les coulisses, les vingt-neuf comédiens courent, se font maquiller et habiller par les quatre costumières aux gestes sûrs, au sourire encourageant. Le tempo est alerte, le texte dense, les comédiens qui jouent le même rôle échangent leur costume sans même que les spectateurs ne se rendent compte de rien. Antonio échappe à son contrat : Shylock ne lui prendra pas une livre de chair au plus près du cœur. Mary Poppins revient, accompagnée de Bert. Leur échange se fait léger, aérien !

Alors l’ouverture du rideau sur vingt-et-un soldats tirant vingt-et-un morts impressionne le public, médusé. Ils le sont aussi, médusés, les quelques spectateurs embarqués qui se retrouvent allongés, masqués et tirés sur un drap blanc par des comédiens concentrés. La porte du fond du plateau s’ouvre dans un grand bruit : Titus Andronicus entre sur scène, solennel, accompagné de ses fils vivants et des esclaves qu’il a ramenés de sa guerre contre les Goths. Ici encore, les tableaux vont se remplaçant dans un rythme fou, dans des couleurs verdâtres, grises comme l’argile dont les comédiens ont été enduits. La pièce s’achève sur deux coups de feu tirés sur des journalistes sans éthique. La vie moderne a rattrapé Shakespeare.

Les applaudissements sont nourris, joyeux ! « Ce qui frappe d’abord dans ce spectacle, c’est la mise en scène », répètent les spectateurs. « Quelle force, que d’idées ! Et ce plan incliné qui se fait boucherie, échelle des amoureux, lieu de supplice des condamnés ! Comment Betty Martin a-t-elle imaginé tout cela ? ». Eh bien, la réponse va de soi, c’est Betty et sa conception de la mise en scène qui sont données à voir le temps de ce spectacle qui n’a presque plus rien d’un spectacle d’amateurs. Les jeunes comédiens sont toujours mis en avant, portés à

leur meilleur et les parents, frères et sœurs mais aussi enseignants venus les écouter n’en reviennent pas : « Quel plaisir de découvrir ces talents, ces jeunes gens que la scène transforme au point d’en faire des êtres d’exception ! ». Oui, c’est cela le théâtre et l’art de façon plus générale, comme le confie Juliette, une comédienne qui interprétait Titus dans la pièce et qui intègrera le cours Florent à la rentrée : « Depuis trois ans avec Betty, dans ces séances hebdomadaires de théâtre, j’ai mûri, j’ai compris un peu mieux qui j’étais et que l’art était une façon de s’ouvrir aux autres… C’est pour cela que je veux en faire mon métier.»

Elle n’est pas la seule et quelques comédiens comme Lucie, Anabela, Jimmy rêvent des feux de la rampe quand d’autres se contenteront d’avoir partagé le temps du lycée de beaux moments, éphémères et intenses. Les jeunes techniciens qui ont dirigé la régie son et lumière du spectacle sont époustouflés par cette réussite collective. Cette expérience de théâtre correspond aux attentes de ces étudiants en Mise à Niveau Cinéma-audiovisuel : ce sont de futurs chefs-opérateurs, assistants de mise en scène. Betty a également embarqué dans l’aventure les professeurs de menuiserie et d’arts appliqués, Jean Oberlé et Cédric Jeannet, et leurs élèves. « Le spectacle est devenu une petite entreprise », précise monsieur Ulrich, le Proviseur de la cité scolaire Pré de cordy, toujours soucieux de favoriser les activités artistiques dans son établissement.

Mardi 6 mai, 23h : toute la troupe jubile, entoure Betty, s’embrasse et réalise enfin que le travail de l’année est récompensé par un spectacle « magnifique ». Bravo les artistes !


Le Printemps des poètes par les 2nde 7

La classe de 2nde 7 a participé au Printemps des poètes au mois de Mars en se livrant à des jeux poétiques : parodies de chansons, logo-rallyes, acrostiches, calligrammes, portraits chinois, inventaires, textes fendus.

Les élèves ont découvert la difficulté de la création poétique. Néanmoins, ils se sont attelés avec bonne humeur à la tâche et ont fait preuve d’une certaine originalité. Ils ont accroché leurs créations à l’arbre au CDI.


Sarlat : dans les coulisses avec les apprentis comédiens

Les élèves de l’atelier théâtre du lycée Pré-de-Cordy ont présenté mardi leur pièce de fin d’année.

Derrière le succès, dans l’ombre, il y avait du stress, de la solidarité, du talent, de l’exigence et le goût du détail.
Au centre culturel, mardi après-midi pour les scolaires et dans la soirée pour le public (c’était complet), sous la houlette de leur professeur Betty Martin, une quarantaine de lycéens de Pré-de-Cordy ont présenté leur pièce de théâtre de fin d’année, élaborée à partir de deux extraits de textes de Shakespeare : « Le Marchand de Venise » et « Titus Andronicus ».

« Moi, ce que je crains le plus, c’est de jouer devant les autres lycéens : ils sont plus difficiles », confiait Laura dans la matinée, lors de la répétition générale.

Ambiance en coulisses avec Laura qui aide Lucie à se détendre avant son entrée sur scène © Photo T. D.

« Comme des pros »

Les apprentis comédiens occupaient les lieux depuis vendredi soir pour être fin prêts le jour J. « On remercie vraiment l’équipe du centre culturel qui nous traite comme si nous étions des professionnels », glisse Christine d’Aloise, professeur de lettres et référent culture de l’établissement, plus particulièrement en charge des costumes. « Et c’est du travail avec trois costumes par élève ! », continue-t-elle.

Sa machine à coudre, installée dans la loge n°4 entre deux perruques, a tourné à plein régime, comblant certains aléas de dernière minute qui faisaient (presque) paniquer certaines adolescentes.

L’aventure a impliqué également la section professionnelle du lycée puisque les décors ont été créés par les élèves de menuiserie et les masques par ceux des arts appliqués. « Et ce sont les lycéens eux-mêmes, les Mancav essentiellement (NDLR : classe post-bac Mise à niveau cinéma et audiovisuel), qui ont pris en charge la partie technique », insiste Sarah Huguet, l’autre enseignante investie dans le projet.

Malgré quelques erreurs le matin, « la troupe » manifestait de la sérénité avant les deux représentations. « C’est normal, on est tellement entraînés, ça ira forcément », affirmait Tiphaine qui joue « l’Avenir » et dont le corset, pas assez serré pour la représentation, a vite été pris en main par Caroline et Léa.

Entraide

Juste avant, ce sont les épaules de Lucie qui étaient chouchoutées par Laura : « Allez, ça va aller », ajoute la masseuse.
Lucie, qui appréhendait surtout la séance pour le public en soirée, fait du théâtre depuis trois ans avec Betty Martin. « Mais ça fait neuf ans que je pratique, ajoute-t-elle. C’est un plaisir qui m’a permis de prendre confiance en moi. Quand je suis sur scène, ce n’est pas moi, mais mon personnage. Là, c’est un peu émouvant, car je suis en terminale et c’est mon dernier spectacle au lycée. J’ai vécu de beaux moments et je réalise à quel point on a grandi au fur et à mesure des années. »


Le printemps des poètes


 Echecs

Monsieur Denais

Au programme de leurs lectures de romans, les élèves de la classe de 1ère STMG9 ont découvert et dévoré Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig.

Monsieur Alvès

Ainsi, il paraissait naturel de proposer aux jeunes une rencontre avec des spécialistes de ce jeu. Messieurs Paul Denais, membre de l’association « les échiquiers du sarladais » et Emmanuel Alves, responsable du club d’échecs de Salignac, ont accepté cette rencontre avec enthousiasme et c’est bénévolement qu’ils ont  initié les lycéens aux rudiments du jeu, après les avoir informés de l’origine des échecs.

Les explications sur la spécificité de ce jeu alliant stratégie et tactique et assimilé à un sport, sur l’originalité de ses champions parfois devenus fous, ont enthousiasmé les élèves.

 

 

 

Merci à tous pour cette belle rencontre !


 Une dernière visite d’entreprise pour les élèves de terminale baccalauréat Professionnel TECHNICIEN D’USINAGE

Au cours de leur cursus de trois ans, les élèves de baccalauréat usinage du lycée professionnel Pré de Cordy ont eu la chance de visiter plusieurs unités de production. Si les sites retenus par les enseignants sont tous en rapport avec le domaine professionnel étudié au lycée, ils peuvent néanmoins être très variés. Ces élèves ont déjà visité des entreprises fabricant des pièces aéronautiques, médicales ou de produits de luxe.

Lundi 5 mai, ce sont deux entreprises girondines qui ont été retenues : DELOBEL à Salles et SIRA à Bordeaux. Ces deux usines ont la particularité de fabriquer des pièces de grandes dimensions. La première évolue aussi bien dans le milieu du nucléaire civil que dans le nautisme avec, par exemple, la fabrication de gouvernail de bateaux. Les visiteurs y ont découvert des machines de tailles hors normes qui leur étaient parfois inconnues: des brocheuses, des tailleuses de pignons, des découpes au laser et des tours de 13 mètres de long, pouvant fabriquer des pièces de 5 mètres de diamètre !

La deuxième entreprise, située à Bordeaux même, travaille elle aussi pour le nucléaire civil, avec des pièces d’une grande précision qui se positionnent au cœur des réacteurs nucléaires. Elle fabrique les tourelles qui équipent le nouveau véhicule blindé de l’armée française (VBCI), celles-ci ont la particularité d’être en aluminium. Sur d’énormes aléseuses étaient installées des pièces en rapport avec le lancement du missile français M51, une fusée aux caractéristiques étonnantes : 12 mètres de long, 56 tonnes, 10 têtes nucléaires, une vitesse de mach15 et 120 millions d’euros l’unité !

Tout l’intérêt de telles visites réside dans la particularité des machines qui s’adaptent aux dimensions des pièces réalisées. Les centres d’usinage ne sont plus du type « potence » mais « portique » et les tours ne sont plus horizontaux mais verticaux pour supporter la masse importante des réalisations. A quelques semaines des épreuves ponctuelles de l’examen final, les élèves de terminale Baccalauréat Professionnel Technicien d’Usinage ont bénéficié au cours de leur formation d’une vision très étendue de leurs futurs métiers. Ce sera un atout au moment de choisir les entreprises dans lesquelles ils voudront travailler.


Nouvelle sortie pour les élèves de l’atelier « sciences archéologiques et art pariétal»

Château de Campagne

Sortie du jeudi 20 mars pour quelques élèves de seconde participant à l’atelier « sciences archéologiques et art pariétal ».

Explications de M.Pémandrant

Accompagnés de leur professeur M. Le Borgne, les élèves ont pu visiter un site d’art pariétal (grotte de Bernifal), participer à un atelier de fouille archéologique au PIP (avec Bruno Caudron) et enfin ils ont pu côtoyer quelques archéologues de l’INRAP et du conseil Général de la Dordogne sur le site du château de Campagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Atelier « sciences archéologiques et art pariétal »

La grotte de Bernifal

Sortie du jeudi 16 janvier 2014 pour quelques élèves de seconde participant à l’atelier d’accompagnement personnalisé « sciences archéologiques et art pariétal » proposé par M Le Borgne.

L’INRAP

Au programme visite de la grotte de Bernifal et des locaux de l’INRAP à Campagne (rencontre avec des archéologues de l’INRAP, de la Région et du département) puis participation à un atelier de fouilles archéologiques au PIP avec Bruno Caudron.


Les élèves de la section Technicien d’Usinage à la découverte des entreprises

Les élèves de seconde de la section baccalauréat Technicien d’Usinage du Lycée Professionnel Pré de Cordy bénéficient cette année d’un stage d’intégration. La première journée s’est déroulée mardi 15 octobre, avec au programme la visite de deux entreprises qui se positionnent  parmi les leaders mondiaux dans leurs secteurs.

La première, Suturex, à Carsac, fabrique des aiguilles chirurgicales. A travers la découverte du site de production, les élèves ont pu apprécier toute la difficulté à réaliser des aiguilles pour le domaine médical.

Le groupe a été accueilli l’après-midi par une deuxième entreprise, Ratier Figeac, spécialisée dans l’aéronautique. Ce site a permis à la dizaine d’élèves du groupe de découvrir la fabrication d’éléments aussi variés que des commandes de vol,  d’hélices ou de systèmes de manœuvres de volets. Le « tricotage » des hélices de l’avion militaire A400M avec des fils de kevlar a particulièrement étonné les membres du groupe.

Cette journée a permis aux lycéens de découvrir l’environnement des métiers qu’ils seront amenés à pratiquer et d’appréhender des réalités industrielles telles que les coûts, les délais ou la qualité. Ces futurs spécialistes en fabrication ont été heureux d’apprendre que cette filière crée des emplois même pendant cette période de crise économique.

Les enseignants du lycée Pré de Cordy ont eu le plaisir de revoir d’anciens élèves qui travaillent maintenant dans ces deux usines, preuve que la formation Baccalauréat Professionnel Technicien d’Usinage est appréciée dans l’industrie.


Les élèves de terminale S1 aux Eyzies

Dans le cadre de la fête de la Science, les élèves de terminale S1 se sont déplacés aux Eyzies vendredi 11 octobre 2013.

Dans un froid glacial, les élèves ont tout d’abord visité le site archéologique de Laugerie Haute où ils ont pu se faire expliquer par Florence Landais les méthodes de datation relative par

stratigraphie.  L’après midi Cécile Gizardin a proposé aux élèves une visite du musée en leur expliquant les différentes méthodes de datation absolues qui ont permis de dater certains objets de la collection.
Un grand merci aux conférencières du Musée National de la Préhistoire ainsi qu’à Cap Sciences Bordeaux qui a permis cette visite.

Riwal Le Borgne et Maryline Sadouillette


Sortie à la foire exposition de Périgueux

Les élèves de seconde bac pro commerce et terminale CAP vente  se sont rendus à la foire exposition de Périgueux le vendredi 13 septembre.

Après avoir complété leurs questionnaires avec l’aide des exposants et admiré les trésors de la Chine, les apprentis vendeurs ont pu se détendre et profiter des différentes attractions présentes sur le site.

La journée fut donc  enrichissante et bien remplie.


Scènes ouvertes

Secondes 8 et Boule

Claire

Pour la première fois accompagnées des musiciens de l’école MADS, les jeunes artistes ont vu leur talent sublimé par la qualité de l’accompagnement musical de ces maîtres venus soutenir leur partition. Les  techniciens secondés par les étudiants de Mise à Niveau Cinéma-Audiovisuel ont tous nos remerciements, tant il est évident que dans ce passage de témoin leur disponibilité bienveillante est  essentielle. La première partie belle en couleurs, lumières et musiques diverses a été largement appréciée par un public hétéroclite. Le travail de la jeune équipe organisatrice des Scènes ouvertes n’en finit pas de nous étonner !

Imbert et Mathilde

 

Boule

En seconde partie, le chanteur Boule et ses deux musiciens ont proposé plus d’une heure de chansons que venaient interrompre de petites parenthèses poétiques, créations des travaux des élèves de la classe de seconde 8, rencontrée la veille par Boule.  L’écriture d’alexandrins inventés à partir de faits divers sélectionnés dans la presse locale, la découverte de l’oulipien Queneau ont enchanté cette belle rencontre. Ensemble,  compositeur aguerri, public attentif et jeunes artistes en herbe ont « pédalé à la belle étoile, tiré des plans sur la comète »*.

Juliette

Vote du public : Ronan, Ronan, Ronan !

Kerwan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assistants MANCAV/BTS : Aloïs, Sarah, Julien, Léna, Savinien, Maxence, Kwevan, Guillaume, Mathieu

Organisateurs :Julien, Roxane, Axelle, Camille, Adrien, Hugo, Mathilde, Maëva

Présentateurs : Jimmy & Dewis

Paroles de « Vélocipède interstellaire », auteur : Boule

 Merci pour cette belle soirée !

Prochaine Scène Ouverte : mercredi 9 avril 2014

 

 

 


 Les élèves de 2nde 7 ont travaillé avec la metteure en scène Catherine Riboli durant un trimestre

Les élèves de 2nde 7 ont travaillé avec la metteure en scène Catherine Riboli durant un trimestre sur une pièce de Shakespeare « As youlikeit ». Début Octobre, elle leur a fait prendre conscience des conditions de représentation au 16 e siècle au théâtre « le Globe » à Londres qui sont différentes de celles du théâtre français. Les élèves ont d’abord été mis en situation de spectateurs afin de réaliser que les conditions étaient difficiles face à un public bruyant et à un théâtre ovale et ouvert.

Puis, au mois de Novembre, en travaillant à la fois sur le texte avec Mme Tirado et la mise en scène avec Catherine Riboli, les élèves ont pris conscience du travail de réflexion qui a été  mené en amont autour de la pièce.

Enfin, ils ont été mis en situation : chaque groupe, pendant les ateliers,  était constitué d’un metteur en scène, d’un éclairagiste, d’un scénographe, d’un régisseur, d’un costumier, d’acteurs et de spectateurs. Ce sont les élèves qui devaient choisir leur rôle. Ils  avaient appris une scène de l’œuvre et devaient créer, imaginer leurs représentation. Ils  ont été très enthousiastes et se sont pleinement investis.

Les deux groupes

Certains élèves ont pu assister à St André d’Allas le 22 novembre et à Carsac le 24 Novembre à la représentation de « Sganarelle ou la représentation imaginaire » de Molière donnée par la compagnie Nom’Na de Catherine Riboli. L’histoire est celle de Sganarelle qui se croit trompé par sa femme. La série de quiproquos entraîne le spectateur dans une réflexion sur la frontière entre illusion et réalité. C. Riboli a renouvelé le dispositif scénique : le kiosque était placé au milieu de la scène et permettait aux spectateurs -dont les élèves- de s’installer tout autour.D’ailleurs, le comédien qui incarnait Sganarelle était assis au milieu des élèves. Ceux-ci ont découvert que le texte de Molière est contemporain et que la modernité de la mise en scène faisait écho à nos préoccupations.

Mardi 3 Décembre, tous les élèves ont assisté pendant 2H30 à la pièce « As youlikeit » de Shakespeare, une comédie et à la fois une pastorale qui se déroule dans la forêt d’Arden. Rosalinde, bannie avec sa cousine Célia par le duc Frederick, est obligée de se travestir en garçon afin d’éviter les mauvaises rencontres. Elle retrouve son amant Orlando et c’est l’occasion de l’éprouver. Les bouffonneries de Touchstone, la mélancolie de Jaques, la parodie du coup de foudre entre Célia et Oliversont l’occasion de réfléchir à la fausseté des sentiments, à la satire des courtisans, de la cour et teintent la condition humaine d’un certain pessimisme.
A l’issue de la représentation, les élèves ont pu poser des questions aux comédiens.

Mercredi 4 Décembre, Catherine Riboli a bien voulu répondre aux questions des élèves afin de justifier ses choix de mise en scène. Ainsi, les élèves ont réellement découvert le travail du metteur en scène, sa façon de choisir ses comédiens en fonction de leurs aptitudes,

de travailler avec la costumière  Ducie Best, d’intégrer la musique, les chants en anglais et en français qui sont un écho à la respiration ainsi que les masques issus des carnavals de Bâle et de Hongrie.

Ainsi, l’expérience a été enrichissante : les élèves ont pu voir concrètement que le théâtre était fait pour être joué, que tout texte théâtral est incomplet et que l’apparente facilité d’une représentation n’est due qu’à un travail rigoureux. Pour certains, c’était la première fois qu’ils allaient au théâtre. Espérons que cette expérience leur donne envie d’assister à d’autres représentations !


Finale nationale du challenge Courses en cours

Mercredi 4 Juin, à l’école Polytechnique de Palaiseau, s’est tenue la finale nationale du challenge Courses en cours. Course en cours est un challenge pédagogique innovant, parrainé par les groupes Dassault et Renault, qui consiste à imaginer, concevoir et fabriquer une mini voiture de course, et l’écurie qui l’entoure.

L’équipe Speed One, composée d’élèves de 1ere STIDD du lycée Pré de Cordy, lauréats de la finale régionale, représentait la région Aquitaine. Cette qualification (le 21 Mai à Cap Sciences à Bordeaux) récompensait une année de travail acharné. Depuis l’esquisse de la voiture sur un logiciel informatique, à la fabrication d’un stand, en passant par la recherche de sponsors pour financer leur projet, les sept élèves de l’équipe ont tout réalisé eux-mêmes, avec la collaboration des Bac Pro TU du lycée et de l’IUT GMP de Gradignan.

Leur périple a commencé mardi après-midi, au départ du lycée. L’ambiance dans le bus est studieuse dans un premier temps, car Rémi, ingénieur de conception, a allumé son ordinateur et a attaqué la relecture de tout le règlement du concours. Quel sérieux ! C’est qu’ils ont de grandes ambitions, les Speed One : ils ont à cœur de faire honneur à la région qui détient déjà le Trophée Course en cours (l’an dernier, l’équipe Artic Project, de Mont de Marsan a remporté la finale nationale). Marie, responsable du stand et des sponsors, veut le ramener « à la maison ». Tout est dit.

Une fois arrivés à l’hôtel qui les accueille, non loin du lieu de la compétition, les élèves ont le temps de poser leurs valises et de dîner avant une ultime répétition de leur épreuve orale, devant les professeurs encadrant le projet et les professeurs de l’IUT GMP, réquisitionnés pour faire partie des jurys.

Le lendemain matin, dans les prestigieux locaux de Polytechnique, les Speed One ne passent pas inaperçus : leur tenue, une combinaison de pilote noir et or fait sensation. « Tout le monde veut nous prendre en photo », s’amuse Ayrton, le chef d’équipe. Un chef d’équipe d’autant plus content que ses camarades et lui rendent hommage à Ayrton Senna, célèbre pilote de Formule 1 brésilien. « Cela fait 20 ans cette année qu’il est décédé pendant une course », précise-t-il. C’est le thème qu’ils ont choisi et toute l’identité de l’équipe doit rappeler le pilote. C’est un des critères de notation.

Toute la journée, les épreuves se sont succédées, pour l’équipe Speed One comme pour les vingt-trois autres équipes venues de toute la France, représentant chacune une région.
Pour les Speed One, la première épreuve est celle de la présentation du stand et du projet en général. Quentin, le directeur commercial, en profite pour remercier tous les sponsors de l’équipe, dont le rôle est primordial, car, sans partenariats, pas de projet possible. Le jury est attentif et impressionné par le travail accompli.Puis vient la soutenance orale devant un autre jury, qui, lui, s’intéresse davantage à la conception de la voiture. Les élèves en ressortent fébriles : « Ils nous ont bombardé de questions techniques » annonce Rémi, l’ingénieur de conception, qui réalise que le niveau d’exigences est plus élevé qu’à Bordeaux.

Les sarladais, entre deux épreuves, se baladent au milieu des stands et discutent avec les autres équipes. Ils s’interrogent sur leurs voitures respectives, sympathisent avec certains, et s’amusent beaucoup, en testant les différents jeux, quizz et animations proposées par plusieurs équipes. « Certains stands sont vraiment très élaborés » avoue Charline, directrice stand et design. « Et j’ai vu de très belles voitures», ajoute Adrien, le designer de « Magic », la voiture des Speed One. « Magic », comme le surnom d’Ayrton Senna. Adrien termine à une honorable quatrième place à l’issue de l’épreuve de CAO (Conception Assistée par Ordinateur), lors de laquelle il doit, en un minimum de temps, devant son écran, remonter entièrement la voiture.

Les épreuves les plus attendues sont celles de la course et du K.O. Si les temps établis par « Magic » sont dans la moyenne des autres performances, Quentin, le responsable des essais, les trouve décevants : « ils sont nettement au-dessus des temps réalisés lors de nos derniers essais à Bordeaux », explique-t-il. Le K.O. confirme ses craintes, la Lotus étant éliminée dès les 8e de finale.

A 18h30, après dix heures d’épreuves, toutes les équipes sont réunies dans le grand amphithéâtre de Polytechnique, pour la remise des Prix. L’ambiance est survoltée et les applaudissements nourris pour chaque trophée remis. Lorsque Thierry Collet, représentant Course en Cours pour Dassault Systèmes, annonce que les Speed One montent sur la 3e marche du podium, c’est l’explosion de joie. Les élèves sont fiers et ravis de cette très belle performance. Et la récompense est à la hauteur : les élèves auront la chance d’aller visiter les locaux de Peugeot Sport à Vélizy et de Citroën Racing à Versailles, deux lieux habituellement réservés à quelques privilégiés. Les élèves remportent aussi une journée dans un célèbre parc d’attractions de la région parisienne.

Pour fêter leur victoire, professeurs et élèves passent la soirée à Paris, avec un passage obligé sous la Tour Eiffel, avant de regagner leur hôtel.

Sur le chemin du retour, ils évoquent ce qui aura marqué ces deux jours : la rencontre avec toutes ces équipes motivées et passionnées et l’ambiance conviviale et fair play de la compétition. Ils avouent également que cette expérience leur a beaucoup appris et qu’ils ne sont pas prêts de l’oublier.

 


Les élèves du Lycée Pré de Cordy se distinguent à la finale Nationale des Olympiades de Sciences de l’Ingénieur à Paris

Les Olympiades de Sciences de l’Ingénieur est un concours ouvert aux lycéens de première et terminale générale ou technologique des séries scientifiques. C’est l’occasion de récompenser les réalisations en Sciences de l’Ingénieur  ou Sciences et Techniques de l’Industrie et du Développement Durable  des lycées les plus innovants de France.

Organisées par lUnion des Professeurs de Sciences et Techniques Industrielles (UPSTI) en partenariat avec le ministère de l’Education Nationale, les Olympiades ont compté cette année près de 900 équipes d’élèves inscrites, soit 4 500 élèves. 60 équipes étaient sélectionnées à la finale nationale pour concourir aux différents prix : prix de la création solidaire, prix de l’innovation technologique, prix de la meilleure réalisation, prix de l’ingénierie, et prix de l’espoir entrepreneurial.

Cette année, c’est au siège de la société Microsoft France à Issy-Les-Moulineaux que s’est déroulée la finale nationale de ce concours le 21 mai, en présence de Madame la Ministre des droits de la femme, de la ville, de la jeunesse et des sports Najat Vallaud-Belkacem pour la remise des prix.

Après une première et deuxième place du lycée Pré de Cordy à la finale régionale en avril, c’est avec beaucoup de fierté que nos quatre élèves de Terminale S Option Sciences de l’Ingénieur Kévin BASSANO, Nicolas ROLLET, Bastien MONTET,  et Yann MEYJONNADE ont défendu les couleurs de l’Acadéèmie de Bordeaux et remporté le prix de l’espoir entrepreneurial, en présentant le projet  sur lequel ils ont travaillé tout au long de l’année pour le BAC : le E-Velopop. Il y avait déjà le “Velopop“, vélo accessible à la location dans la ville d’Avignon. Nos quatre élèves se sont chargés d’améliorer le produit en y intégrant une assistance au démarrage entièrement autonome.

Ce système, totalement innovant, fonctionne sans batterie, juste en récupérant l’énergie des freinages. Il fallait y penser et ils l’ont fait !


Finale régionale de Course en cours : les lycéens de Pré de Cordy vainqueurs

Mercredi 21 Mai s’est tenue la finale régionale de Course en cours, un challenge parrainé par les groupes Dassault et Renault.
Dans ce challenge qui consiste à imaginer et créer une voiture écologique et performante ainsi que tout son environnement (stand, tenues, sponsors)  digne des plus grandes écuries de Formule 1, quatorze équipes représentant quatorze établissements différents se sont affrontés à Cap Sciences mercredi.

L’équipe « Speed One » du lycée Pré de Cordy a brillamment remporté cette finale régionale.
Ces élèves de première STI2D (Sciences et Technologies de l’Industrie et du Développement Durable) ont souhaité rendre un hommage à Ayrton Senna, le triple champion du monde brésilien. Ils ont donc imaginé une réplique de la Lotus 98T du pilote, d’abord sur papier, puis sur logiciel informatique 3D, pour en confier la réalisation à la section GMP (Génie Mécanique et Productique) de l’IUT de Gradignan.

Au-delà de la voiture, c’est tout un concept qui a été pensé : stand et tenues en noir et or, aux couleurs de l’écurie Lotus, démarchage de sponsors et réalisation d’un portfolio retraçant l’intégralité d’une année de travail.

Durant cette finale, les élèves ont été évalués par des jurys différents sur :

– La présentation du stand
– Une soutenance orale
– Une épreuve de rapidité de montage/démontage de la voiture par CAO (conception assistée par ordinateur)
– Une épreuve de vitesse sur une piste de 17m
– L’épreuve du KO sur piste

Comme l’an dernier, la bataille s’est jouée à peu de points entre les Sarladais et l’équipe « Forest Power » de Mont de Marsan (les landais sont les détenteurs du trophée national après leur victoire à Paris l’an dernier) qui en ont profité pour sympathiser, dans une ambiance très conviviale témoignant du véritable fair play de tous les concurrents.Avant l’annonce des résultats, Charline, l’une des deux filles de l’équipe « Speed One », déclare : « Même si on ne gagne pas, il faut être fier de ce que l’on a fait. On est arrivé jusque là, on a fait de notre mieux, et on s’est amusé ». Un bel esprit d’équipe règne chez les « Speed One » !

Leur performance orale et la qualité de leur stand ont finalement fait la différence et ont permis aux « Speed One » de se hisser sur la première marche du podium. Ainsi, les élèves de Sarlat iront défendre l’honneur de la région Aquitaine lors de la finale nationale à Paris le 4 Juin prochain.

Charline D’halluin, Marie Poinson, Quentin Duchier, Adrien Fat Cheung, Ayrton Giovannoni, Rémi Lasvenes et Quentin Benoit sont très fiers de cette victoire, et entendent bien conserver le trophée en Aquitaine.

Leur première pensée a été pour leurs sponsors (qu’ils remercient chaleureusement), sans lesquels leur participation et leur victoire n’auraient pas été permises.

Souhaitons-leur bonne chance pour rivaliser avec les concurrents de toute la France le 4 Juin.

 


Fusées à eau

Au cours du mois de décembre, aidés par leur professeur de physique chimie, M Le Borgne, quelques élèves de seconde ont pu réaliser puis lancer des fusées à eau afin de comprendre le mécanisme de propulsion des fusées.

 

 

 

 


Inauguration du parc machines-outils au lycée Pré de Cordy

Les lycéens de baccalauréat professionnel Technicien d’Usinage disposent désormais d’un plateau technique performant et complet. L’arrivée de six nouvelles machines cette année permet de former les techniciens dont l’industrie a besoin actuellement. Quatre d’entre elles proviennent du Lycée ST EXUPERY de Parentis en Born dans les Landes où elles n’étaient plus utilisées.

Vendredi 27 septembre, Mme Dosdat, proviseur du lycée professionnel Saint Exupéry de Parentis et M. Ulrich, proviseur des lycées Pré de Cordy, ont invité les professeurs les élus du CA et les représentants d’entreprises locales qui collaborent régulièrement avec la section Technicien d’Usinage à une petite cérémonie inaugurale. Les discours et présentations des machines ont insisté sur la polyvalence de cette formation, où les élèves manipulent des tours et fraiseuses « conventionnels », « à commandes assistées »  et « à commandes numériques ». Ces dernières peuvent se programmer directement en mode conversationnel, pour des pièces simples, ou à l’aide de la fabrication assistée par ordinateur, pour des pièces aux formes complexes.

Ce nouveau matériel,  aux interfaces conviviales, ne manquera certainement pas d’attirer  de jeunes filles et garçons en quêtes de formations qui offrent de réels débouchés dans l’industrie.


 Le lycée Pré de Cordy s’élève au niveau national

Quentin Jacquet

Quentin Jacquet, élève de Terminale de Baccalauréat Professionnel Maintenance des Equipements Industriels au lycée Pré de Cordy, s’est remarquablement illustré aux épreuves départementales puis régionales du concours MAF « Meilleurs Apprentis de France » qui a eu lieu le mardi 8  avril à Bordeaux (Bègles). En remportant la médaille d’or il s’est brillamment sélectionné pour les épreuves nationales du concours des Meilleurs Apprentis de France.

Le concours « Un des Meilleurs Apprentis de France » est organisé tous les ans par la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France. Il est ouvert aux jeunes, âgés de moins de 21 ans, qui passent des épreuves au niveau départemental, régional, puis national.

Ce concours se déroule en deux temps. La première épreuve consistait cette année à démonter un moteur de pompe hydraulique puis réaliser par usinage un nouveau support opérationnel. Pour la seconde, les candidats devaient réaliser un diagnostic en fonction d’un dysfonctionnement  et remettre en état le système.

Jacquet Quentin est en Terminale MEI (Maintenance des Equipements Industriels), cette formation est proposée en formation initiale et en apprentissage au lycée Pré de Cordy. Celle-ci permet aux élèves de devenir de véritables techniciens de maintenance capables de dépanner dans les domaines de la mécanique, de l’électricité, du pneumatique et de l’hydraulique. Par la suite, les élèves peuvent poursuivre leurs études en BTS CRSA (automatisme), BTS MI (Maintenance Industrielle), ou encore en BTS Structure métallique pour une spécialisation en soudure.

Quant à la vie active, les métiers de la maintenance permettent l’intégration dans des univers divers et variés : dans les industries (agroalimentaire, pharmaceutique, aéronautique, automobile), ou encore dans la maintenance des ascenseurs. Ainsi des entreprises telles que Lhoist, EDF, Hammel, sont actuellement en recherche de techniciens de maintenance.

Quentin a quant à lui profité de la formation par apprentissage dans la société « France Tabac ». « Mes deux années d’apprentissage passées en entreprise m’ont été très bénéfiques » explique-t-il.

Avec sa médaille d’or, remportée brillamment aux épreuves régionales, Quentin Jacquet s’est sélectionné pour les épreuves nationales du concours des meilleurs apprentis de France faisant la fierté de ses professeurs et du lycée Pré de Cordy.

 


Des ingénieurs en herbe ont été primés aux Olympiades des sciences

Huit élèves de terminale S option sciences de l’ingénieur du lycée Pré-de-Cordy, à Sarlat, avaient la lourde charge de conserver le titre académique déjà acquis l’année dernière aux Olympiades de sciences de l’ingénieur. Charge qu’ils ont assumée avec éclat en obtenant, mardi 8 avril, les première et deuxième place au classement.

Ces huit jeunes étaient répartis en deux groupes de quatre, présentant chacun le projet sur lequel ils ont travaillé tout au long de l’année et qu’ils présenteront lors d’une épreuve du baccalauréat le mois prochain.

Des systèmes innovants
Une équipe a obtenu le 2e prix grâce à son système baptisé « Cloubox », censé répondre au problème d’accès à l’eau potable dans certaines régions du monde et ce, à partir d’énergies renouvelables.

La deuxième équipe a décroché le 1er prix avec son « E-Velopop ». Il y avait déjà le « Velopop », vélo accessible à la location dans la ville d’Avignon. Les quatre élèves se sont chargés d’améliorer le produit en y intégrant une assistance au démarrage entièrement autonome. Ce système, totalement innovant, fonctionne sans batterie, juste en récupérant l’énergie des freinages.

Une équipe à Paris
Seule cette dernière équipe participera à la finale nationale le 21 mai à Paris, au siège de la société Microsoft-France, et représentera ainsi la région Aquitaine. Sur place, les ados, accompagnés de l’équipe pédagogique, auront le privilège d’assister à des conférences et de rencontrer les principaux acteurs de cette grande société.


Olympiades des métiers : les bonnes habitudes des techniciens sur commandes numériques du lycée Pré de Cordy

Les lauréats et leurs professeurs

Aux sélections régionales des Olympiades des Métiers, les tourneurs-fraiseurs du lycée professionnel Pré de Cordy se sont particulièrement illustrés. Après avoir gagné des médailles dans les deux catégories de l’usinage en 2012, les élèves de baccalauréat Technicien d’Usinage ont récidivé les 28 et 29 mars 2014. C’est dans le cadre du parc des expositions à Bordeaux-Lac que Valentin Cavarroc et Sébastien Magnol ont montré l’étendue de leur savoir-faire.Chaque épreuve étant découpée en trois parties : programmation assistée par ordinateur, réglage machine et contrôle.

Il fallait être très polyvalent pour monter sur le podium. Les deux candidats du lycée sarladais ont fait preuve d’une excellente maîtrise de soi, au cours des six heures d’épreuve, pour ne pas être déstabilisés par les questions des milliers de collégiens venus découvrir une cinquantaine de métiers. Valentin, pourtant pénalisé par un logiciel de programmation différent de celui qu’il utilise habituellement, a décroché une belle médaille de bronze en catégorie fraisage. Sébastien, lui aussi confronté à du matériel qu’il n’a pas l’habitude de manipuler, a surclassé un élève étudiant en BTS pour obtenir sa place sur la troisième marche du podium en catégorie tournage.Ces deux élèves de terminale baccalauréat professionnel Technicien d’Usinage (TU) peuvent envisager l’avenir sereinement, avec une expérience supplémentaire sur leur CV et la situation favorable du marché de l’emploi pour les techniciens maîtrisant les technologies numériques associées à la fabrication mécanique.

 


Théâtre

La compagnie Nom’Na de Catherine Riboli présente As you like it de Shakespeare mardi 3 décembre 21h centre culturel

Une classe de seconde du lycée général profite de séances de travail sur la pièce avec  la metteuse en scène.


 Scènes ouvertes

Les lycéens ont du talent / « Pauvres Martins » en deuxième partie de soirée

Mercredi 27 novembre 20h centre culturel


Théatre

Tous les élèves de seconde assisteront à la représentation de l’Affaire Calas au centre culturel de Sarlat le vendredi 29 novembre à 14h00.

 


Cinéma : Festival du film de sarlat

Le Festival du film de Sarlat a réuni 600 lycéens de toute la France dont les élèves de l’option cinéma audiovisuel du lycée Pré de Cordy.
Une petite vingtaine d’élèves “journalistes” a couvert le Festival pour le blog de Sud-Ouest.


Cercle littéraire

Les élèves du cercle littéraire se sont déplacés à la Foire du livre de Brive.

Comme chaque année, dédicaces et rencontres avec les auteurs ont ravi les jeunes férus de littérature !


Activités culturelles année 2013-2014

Atelier théâtre :
– Public : tous les élèves
– Date : mardi soir 19h30-21h30
– Lieu : salle polyvalente
– Animation : Betty Martin / Mmes Huguet et D’Aloise
– Première réunion : lundi 23 septembre 13h00 et 14h00

Le CERCLE (littéraire) :

– Public : les élèves + les adultes
– Lieu : CDI
– Date : jour ? 13h00-14h00
– Animation : C.Fumat/ B.D’Aloise
– Première rencontre : semaine du 23 septembre

Pass’lycéen :
– Public : tous les élèves
– Lieu : centre culturel
– Huit spectacles de théâtre, danse, musique…
– Prix : 8€ la place/spectacle
– Inscription : Centre culturel de Sarlat
– Site : www.sarlat.fr / Tel : 05*53*31*09*49
– Animatrice : Laurence Etcheverry

Scènes ouvertes :
– Public : tous les élèves
– Lieu : centre culturel
– Animation : Louise Corlosquet TES/ Jimmy Colson TL/ Chloé Rodriguez TL / Alexandre Mesturoux TES
– Première soirée : mercredi 27 novembre – 20h00

Projet ISS – RDV avec la NASA :
– Public : tous les élèves
– Lieu : salle polyvalente
– Inscription : Vie scolaire
– Animateur : C.Weiss

STEP & renforcement musculaire :
– Public : tous les élèves + tous les adultes
– Lieu : gymnase
– Date : jeudi 18h00-19h30
– Inscription : gymnase
– Animatrice : A. Delmont

Club photo : ré-ouverture possible
– Public : tous les élèves
– Animation : B.D’Aloise

 


Jean-Yves BOSSEUR, un invité de marque pour la section Cinéma audiovisuel

Ancien directeur de recherche au CNRS, Jean-Yves BOSSEUR a enseigné au Collège de France.

Il nous fait l’honneur d’une rencontre avec tous les jeunes intéressés par les arts visuels.

Au programme :

– introduction à la présence de la musique au cinéma

– introduction à la problématique de la musique dans l’image

– rapports B Herrmann /A. Hitchcock – le métier de compositeur


Scènes ouvertes

Fruit d’un partenariat entre le Centre culturel et la cité scolaire du Lycée Pré de Cordy, cet événement propose à des jeunes (et moins jeunes) de s’approprier un projet artistique (gestion de l’événementiel) et/ou de se produire sur scène.

Cette saison, les secondes parties de soirées impliqueront systématiquement un groupe professionnel. Des rencontres entre jeunes artistes et professionnels organisées en amont du spectacle, enrichiront encore la qualité des prestations. Parfois même le public profitera de cette collaboration sur scène.

Ces soirées permettent à de jeunes talents, chanteurs, musiciens, photographes, artistes du Lycée et d’ailleurs de se produire dans un lieu de qualité, encadrés par des professionnels du spectacle.

L’entrée est gratuite.

Cette année, trois soirées vous seront proposées : les 27 novembre 2013, 22 janvier et 9 avril 2014


 

Archives

197total visits,1visits today